Accueil > Culture > Des mets, des mots et des agapes littéraires… toujours très (...)

Des mets, des mots et des agapes littéraires… toujours très appréciés

Au fil des rencontres, c’est devenu un rendez-vous incontournable, l’Association Culturelle Conviviale d’Écoute et de Solidarité, (ACCES) a organisé, en partenariat avec la bibliothèque de l’amicale laïque, son troisième café littéraire de l’année, au restaurant brasserie « Les Forges ». Samedi matin quarante férus de lecture, se sont retrouvés autour de Lucie Chatelain, et de la romancière Carole Declercq.

« Quel bonheur de se retrouver autour des livres, pour ce dernier rendez-vous de la saison. Et quelle saison, elle a été riche de belles lectures et de rencontres marquantes » a introduit Lucie.

Et avant de présenter l’écrivain, la responsable des cafés littéraires a fait un rapide tour d’horizon de tous les auteurs invités en octobre, novembre, janvier, et en mars dernier. « Aujourd’hui, c’est un exceptionnel café littéraire, de par son horaire, un samedi matin, qui sera suivi d’un repas avec une animation inspirée du roman de Carole Declercq, que j’ai rencontrée lorsqu’elle est venue au Furet du Nord en décembre 2015 présenter son roman "Ce qui ne nous tue pas".

J’ai eu un coup de cœur, et je la remercie d’avoir répondu à notre invitation ». Puis selon son leitmotiv : Ouvrir un livre, c’est fermer sa page d’histoire, pour en ouvrir une autre, la bibliothécaire a laissé l’écrivain présenter son roman (Voir encadré). « Je ne sais pas si tout le monde a lu le livre » a interrogée Carole. « Je vais donc vous lire un passage, ensuite nous pourrons échanger sur son histoire ».

Durant plus d’une heure trois quart, les questions ont fusé, puis, comme c’est également devenu un rituel, Carole Declercq, s’est prêtée avec beaucoup de gentillesse aux dédicaces. Le maire Fabien Thiémé, s’était fait représenter par Christian Chatelain, qui pour le coup, a revêtu une double casquette : celle de président d’ACCÉS et de conseiller municipal délégué aux activités socio-éducatives périscolaires et de loisirs. L’occasion pour l’élu d’adresser son salut et ses remerciements, au nom de Monsieur le Maire, aux personnes présentes et la bienvenue à l’auteure, qui par sa famille est originaire de notre région. « Je suis née à Aniche, depuis vingt ans j’habite dans la région Rhône Alpes où j’exerce la profession de professeur agrégé de lettres » a-t-elle détaillé. Un joli certes éphémère, retour aux sources, mais un cœur toujours attaché à ses racines.

 [1]

Portfolio

A LA UNE CAROLE DECLERCQ IMG_0014 IMG_0017 IMG_0019 IMG_0020 IMG_0021 IMG_0026 IMG_0028

Notes

[1« Ce qui ne nous tue pas » de Carole Declercq : Résumé : 1944, pendant l’Occupation. Les Français vivent désormais dans l’espoir d’un débarquement allié et l’inquiétude gagne l’armée allemande, accentuant les crispations et les duretés perpétrées contre la population française. Dans le feu de l’Histoire, le destin d’un homme et d’une femme que tout sépare. Maximilian Von Wreden, officier du renseignement allemand, est en poste à Paris depuis quelques mois quand il rencontre Marianne, une étudiante en philosophie de vingt et un ans. Sa peau est douce, ses lèvres sont tendres, elle réussit à apaiser ses démons intérieurs. Ce que Maximilian ne sait pas, c’est que la jeune femme travaille en réalité pour un réseau de résistants. Elle a volontairement été jetée dans la gueule du loup pour le séduire et lui soutirer des informations sensibles. Pour elle, il est d’abord l’homme à abattre. Mais pas seulement… Dans le feu de l’histoire, le destin d’un homme et d’une femme que tout sépare.


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact