Accueil > La ville > Marly : Medhi, premier jeune en service civique, attaché au (...)

Marly : Medhi, premier jeune en service civique, attaché au PIJ

La Voix du Nord du 24/03/16

Medhi Cheloum vit dans le quartier des Floralies. À 23 ans, il est notoirement connu dans le milieu sportif : semi-professionnel en boxe thaï, il combat pour le titre de champion de France (à son actif déjà trois combats, trois victoires dont une par K.O.).

L’athlète a aussi la tête bien faite : titulaire d’un bas ES, d’une licence en langues étrangères appliquées (anglais et espagnol), il envisage un master en traduction audio-visuelle et a d’ailleurs créé un site sur Youtube où il sous-titre des vidéos humoristiques anglaises.

Bosseur et ambitieux, Medhi tient à son indépendance, il donne des cours d’anglais (centre pédagogique d’Amiens et Anacours) et occupe un poste de réceptionniste la nuit dans un hôtel. Après avoir mené de front études, sports et divers emplois avant de démarrer son master, Medhi s’octroie une pause mais pas question d’une année sabbatique dédiée au farniente et aux loisirs, il a opté pour un service civique de huit mois. Depuis le 14 mars, Medhi est au PIJ, point info jeunesse de Marly où il accueille, aiguille les recherches, approfondit les souhaits des jeunes pour les diriger vers les instances adaptées à leurs besoins, aide à la formulation de CV et de lettres de motivation, récupère les demandes d’emploi pour le foyer médicalisé.

« Le service civique est un engagement de 6 à 12 mois dans une mission en faveur de la collectivité. C’est la possibilité de recevoir et de transmettre le sens des valeurs républicaines et de contribuer au renforcement du lien social. Ces indications officielles du ministère de la ville de la jeunesse et des sports résument mon choix. Mon but est de montrer aux jeunes qu’ils détiennent les clefs de leur avenir. Mon projet est de mettre en place des cours d’anglais et des initiations à la boxe, mes domaines de compétence : un esprit sain dans un corps sain, pour trouver sa voie et le service civique est aussi en ce sens un tremplin », explique Medhi qui a signé son contrat avec le CRIJ, perçoit 573 € de l’État pour 24 heures hebdomadaires de travail.

« Medhi est un suppléant providentiel et dynamique dont l’aura charismatique a déjà attiré de nombreux jeunes au Pij », commente Tony Xerra, son responsable.

Sténia LELEUX (CLP)

Portfolio

569026605_B978204397Z.1_20160324114330_000_GVE6F677N.1-0

Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact