Accueil > La ville > Le CLSPD : un outil efficace contre la délinquance

Le CLSPD : un outil efficace contre la délinquance

Avec la signature du Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), le 18 décembre 2009, la ville de Marly s’est dotée d’un outil pragmatique de mesure de l’évolution de la délinquance. Un outil qui réunit en outre l’ensemble des acteurs de terrain, dans le cadre d’un partenariat renforcé où la continuité de l’information garantit « le bon fonctionnement de la chaîne de sécurité ».

Ainsi, le 2 juin dernier, une réunion impliquant tous les acteurs du CLSPD - M. le Maire et plusieurs membres du Conseil municipal dont Mme Rita CANNAS, adjointe à la Cohésion sociale, au CLSPD et à la Recherche de financement, M. le Sous-Préfet de Valenciennes, M. le Procureur de la République, Police Nationale, représentée par M. le Commissaire divisionnaire et la Police Municipale, ainsi que les bailleurs sociaux du territoire, les centres sociaux et diverses associations de terrain - a permis un bilan témoignant d’une amélioration des faits de délinquance.

Véritable « baromètre » de la délinquance à Marly, la cellule de veille du CLSPD a immédiatement permis la mise en place d’actions concrètes destinées à réduire les infractions. Parmi les « actions phares » qui constituent la colonne vertébrale de ce dispositif, citons :

 ? la signature d’une convention de coordination entre la Police Municipale de Marly et la Police Nationale en janvier 2014 ;

 ? la participation des habitants du quartier du Domaine du Golf à l’opération « Voisins vigilants » (participation entérinée par la signature d’un protocole le 8 juillet 2014) ;

 ? l’extension de la vidéo-protection sur la voie publique (avec, pour 2015, de nouveaux projets d’équipement) ;

 ? l’activité « Marly Sport Nature » mise en place par le service Jeunesse de la Ville et qui propose aux jeunes accueillis « un temps de loisirs et de rupture avec leur quotidien », un apprentissage de la vie en collectivité dans le respect d’autrui.

L’analyse des statistiques depuis 2008 permet de constater un recul des « faits constatés globaux » (qui prennent en compte l’ensemble des infractions délictuelles commises sur la commune, tant de voie publique que les autres faits de droit commun tels que ceux de violences volontaires, escroqueries, non représentation d’enfant, violences conjugales et autres) et un repli plus significatif encore des « faits de voie publique » (vols ou dégradations volontaires de véhicules automobiles, vols à la roulotte, cambriolages, etc.).

Et ce, malgré l’augmentation ponctuelle des chiffres, lors du passage d’équipes extérieures à la ville qui peuvent, sur une même période, sévir dans plusieurs communes du territoire.


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact