Accueil > Expression du Maire > Election présidentielle : la déclaration de M. le Maire de Marly

Election présidentielle : la déclaration de M. le Maire de Marly

Election présidentielle

Dimanche 7 mai 2017

Déclaration de Fabien Thiémé, Maire de Marly

Vice-président de Valenciennes Métropole

Marine Le Pen et le Front National sont battus ! Emmanuel Macron est élu avec plus de 65 %.

Ce soir, c’est la victoire du Front républicain dans toute sa diversité avant d’être celle d’un homme.

N’oublions pas qu’au premier tour, Emmanuel Macron n’avait réuni que 24,01 % des voix.

Ce vote ne représente pas un blanc-seing pour Emmanuel Macron ni une adhésion à une politique ou des idéaux.

Le résultat de ce soir témoigne d’un rejet de la part des Françaises et des Français des idées délétères du FN et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Il n’en demeure pas moins que Marine Le Pen enregistre une progression historique : 21,30 % des scrutins exprimés au 1er tour, soit 7.679.493 voix (+ 2 millions de voix par rapport au score de JM Le Pen au 2nd tour de la présidentielle de 2002).

Par ailleurs, il n’y aura pas d’état de grâce pour Emmanuel Macron, qui est immédiatement attendu par les Françaises et les Français sur les questions qui les préoccupent : emploi, logement, pouvoir d’achat, santé, sécurité…

A la veille des élections législatives, l’heure est donc au rassemblement.

Nous tous devons désormais veiller à la construction d’une République plus juste, où les valeurs sociales, le droit du travail, les services publics ne seront pas bafoués, sacrifiés sur l’autel du libéralisme ; où la jeunesse se reconnaîtra et s’épanouira.

A Marly, si le résultat est moins tranché qu’à l’échelle nationale, le Front républicain a fait son œuvre, permettant au candidat d’En marche ! d’arriver en tête dans notre ville.

Demain, 8 mai, nous commémorerons le 72e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Soyons nombreux dans les défilés pour continuer à porter ce message d’unité !
J’en terminerai avec ces vers de Louis ARAGON, extraits de La Rose et le Réséda

« Quand les blés sont sous la grêle,

Fou qui fait le délicat,

Fou qui songe à ses querelles

Au cœur du commun combat. »

A Marly, les résultats bureau par bureau :


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact