Accueil > Expression du Maire > Pour le ferroviaire valenciennois, Macron évoque « des perspectives de (...)

Pour le ferroviaire valenciennois, Macron évoque « des perspectives de commandes significatives »

La Voix du Nord du 26 juillet 2016

En campagne, le ministre de l’Économie ? En tout cas, il s’active, et le fait savoir. Le maire communiste de Marly Fabien Thiémé l’avait interpellé, dans un courrier en mars dernier. Emmanuel Macron aura attendu le 4 juillet pour lui répondre, mais son propos argumenté est plutôt optimiste pour nos usines ferroviaires d’Alstom Petite-Forêt et Bombardier Crespin.

En préambule, il évoque « le contexte mondial favorable puisque le marché devrait croître de 2,8 % par an sur les six prochaines années, tiré par les besoins croissants des marchés émergents ». Fin juin, nous relations, il est vrai, le gros contrat de 2,6 milliards qu’Alstom avait décroché à Dubaï.

Si l’espoir viendra peut-être des exportations, le ministre de l’Économie convenait que sur l’hexagone, c’était un peu plus compliqué, et notamment à court terme : « Le marché européen et plus particulièrement français est devenu mature : la filière française va rencontrer un creux de charge très important pour la période 2017 à 2019 qui menace environ 10 000 emplois selon la Fédération des industries ferroviaires (FIF) ».

La manne du Grand Paris

Emmanuel Macron de rappeler, dans ce contexte difficile, le rôle du comité stratégique de filière, qu’il avait réuni l’an dernier : le secrétaire d’État chargé des Transports, la FIF et les industriels ont pu dialoguer avec les grands donneurs d’ordre que sont la SNCF et la RATP. Des échanges qui n’ont pas été inutiles à en croire le ministre, pour qui « il existe à moyen et long terme des perspectives de commandes significatives, notamment dans le cadre du Grand Paris que la puissance publique s’attache à concrétiser rapidement ».

De rappeler le « marché de deux milliards d’euros attribué récemment à Alstom », début 2015 en fait, pour des rames de métro à pneu destinées à la ligne 14 et qui profite d’ores et déjà au site de Petite-Forêt. Décisif aussi s’annonce l’appel d’offres « pour les lignes 15, 16 et 17 qui représente un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros (…) L’annonce du lauréat est attendue pour l’été 2017 ».

Le ministre évoque aussi des perspectives possibles avec « le marché du RER nouvelle génération pouvant représenter 371 rames ». L’appel d’offre de la SNCF – le troisième, les deux premiers s’étant révélés infructueux – est en cours ; le marché pourrait être attribué en novembre.

« À plus court terme, la Région Île-de-France a annoncé que plus de 700 rames seront commandées ou rénovées pour 2016-2021, ajoute Emmanuel Macron (…) Ces commandes pourraient bénéficier directement aux sites d’Alstom et de Bombardier puisque des RER MI09, des Franciliens (dont 12 déjà commandés fin mars) et des Regio2N pourraient être concernés ».

D’évoquer encore des contrats possibles avec « le remplacement d’ici 2025 des trains Corail », pour « un montant de 1,5 milliard » ; ou encore avec la Région Normandie pour le renouvellement du matériel roulant de la ligne Paris-Cherbourg (720 millions).

Des perspectives qui selon Emmanuel Macron « doivent permettre le maintien à un niveau satisfaisant de nos capacités industrielles ainsi que notre précieux savoir-faire ferroviaire ».

Fabien Thiémé « se réjouit des éléments apportés (…) Il nous faut cependant rester vigilants. ».

Par Cécile Thiébaut

PHOTO ARCHIVES THOMAS LO PRESTI

Portfolio

Macron Rame

Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact