Accueil > La ville > La presse en parle : Technigaz Marly reprend la société Ghienne (...)

La presse en parle : Technigaz Marly reprend la société Ghienne d’Haulchin et se développe sur la zone des Dix Muids

La Voix du Nord

PUBLIÉ LE 06/05/2016

Par Cécile Thiébaut

En pleine crise, l’essor de Technigaz Valengreen (chauffage-sanitaire), qui compte 40 salariés à Marly, détonne. Nous avons rencontré son président Benoît Schill, aux côtés d’Alain Ghienne, qui, lui, prend sa retraite, et a décidé de céder son fonds de commerce d’Haulchin au Marlysien. Une histoire de confiance.

Ghienne, un nom qui compte sur notre territoire, et en particulier dans le Denaisis. Son fondateur Alain Ghienne avait commencé le travail très tôt dès 14 ans et demi, comme apprenti, puis comme artisan indépendant en 1976 avant de fonder sa société en 1979. Son entreprise de chauffage-sanitaire-électricité générale a compté, à Haulchin, jusqu’à 19 salariés en 2006 avant de prendre la crise de plein fouet. À 64 ans, après « cinquante ans de métier », son responsable aspirait à la retraite, mais ne pouvait pas se résoudre à « fermer la tôle », comme il dit. Pas « question de laisser tomber la clientèle ». Un fichier de 3000 à 4000 noms (dont quelques gros comptes…) et 500 contrats d’entretien.

Après des mois de recherches et de négociations avortées, lui et son associé Vincent Hohweyer finissent par trouver, via « le bouche-à-oreille », le candidat idéal pour la reprise : Benoît Schill, président de Technigaz Valengreen à Marly. Entre ces hommes, s’est construite, au fil des échanges, une solide confiance. L’affaire s’est conclue le 15 février dernier, mais Alain Ghienne est encore dans ses murs d’Haulchin jusque septembre, histoire d’assurer une transition sans accroc. « C’est le vieux chameau qui cède la main au jeune chameau », sourit Alain Ghienne.

Un chiffre d’affaires en hausse de 50 %

Et l’animal a plus que la fougue de la jeunesse. « Je pense avoir apporté la rigueur du monde de l’industrie », confie humblement Benoît Schill, qui a pris la tête de Technigaz (anciennement Rombaux) il y a six ans (ajoutant sa touche, Valengreen, qu’on pourrait traduire par l’énergie verte valenciennoise). Peu banal, ce patron n’est pas artisan de métier : il était directeur de site pour un équipementier automobile dans le Cambrésis, avant d’arriver à Marly. Chez Technigaz, il a renforcé la matière grise : huit personnels dont deux cadres s’occupent de l’administratif. Il a aussi informatisé ses services, en équipant par exemple ses artisans de smartphones pour qu’ils génèrent depuis le terrain leur bon d’intervention, en équipant ses véhicules d’un système de géolocalisation, ou en gérant son stock de matériels avec des code-barres (un million d’euros de stock, cela nécessite effectivement un peu d’organisation).

Depuis son arrivée, le chiffre d’affaires de Technigaz a ainsi grimpé de 50 % et ses effectifs ont doublé.
Forte aujourd’hui de 40 salariés, l’entreprise marlysienne grandit sur la zone des Dix-Muids, où elle déménagera, au 1er août, à 200 mètres de son siège actuel, dans des « bâtiments trois fois plus grands », rue Blaise-Pascal. De l’espace pour le matériel mais aussi pour ses 25 véhicules, dont 2 rachetés à Ghienne. L’objectif des deux hommes est de maintenir l’ex-activité haulchinoise « à 300 000 € » cette année, espère Benoît Schill, qui compte aussi embaucher deux personnels, après avoir repris la secrétaire (Laurie) de la SA Ghienne.

 [1]

Portfolio

01 - Technigaz 02 - Technigaz2 03 - Technigaz 3

Notes

[1Repères

SA A.Ghienne Haulchin : fin 2015, la société comptait encore 5 salariés et avait généré 410 000 euros de chiffre d’affaires.

Technigaz Valengreen Marly : en 2015, le chiffre d’affaires s’établissait à 3,2 millions d’euros, avec 40 salariés, et 2000 contrats d’entretien (+5 % par rapport à 2014).


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact