Accueil > Environnement > Réunion compostage à Marly, mercredi dernier

Réunion compostage à Marly, mercredi dernier

Transformer ses déchets de jardin et de cuisine en un bon compost, c’est facile, économique et écologique.

Les tonnages de déchets collectés, en porte à porte ou en déchetteries, ne cessent d’augmenter. Et forcément, ça pose la question de la hausse des coûts de gestion et de traitement. Afin de répondre à cette problématique économique et de contribuer à la préservation des ressources naturelles, Valenciennes Métropole s’est engagée, en partenariat avec le SIAVED et les communes de la communauté d’agglomération, dont notre ville, à la mise en œuvre du programme BOREAL.

« L’objectif est de faire baisser de 7 % la production d’ordures ménagères par habitant en 5 ans, soit une diminution de 27,5 kg par an par habitant pour 2015 et de 15 % les ordures ménagères résiduelles », explique Frédéric Bernard. « Afin d’éviter la production de certains déchets ou de faire diminuer leur volume dans nos poubelles, plusieurs axes d’intervention sont développés », a précisé le chargé de mission auprès de BOREAL. Et lors de la réunion d’information qui avait lieu mercredi 3 juin à la salle Oscar Carpentier, à l’initiative de la commune, via la délégation municipale de Jérôme Léman, Adjoint chargé du cadre de vie et de l’environnement, les participants ont joué le jeu des questions/réponses.

Du côté des intervenants, Marie-France Chavet, n’a pas été avare en conseils avisés. « Le compostage est un procédé ancien et écologique, il consiste à dégrader des déchets organiques en présence d’eau et d’oxygène pour en faire du compost, qui vous servira de terreau », a détaillé la guide composteur bénévole. « Quels types de déchets ? Je ne sais pas quoi faire de mes tontes », a interrogé un Marlysien. « Pratiquement tout, les épluchures de légumes, les coquilles d’œufs, les laitages, les fruits abîmés, les restes de repas, les déchets de jardin de type gazon, branchages, fleurs fanées ou feuilles », a-t-elle répondu.

« Oui mais quand on n’a pas de jardin, moi j’habite en immeuble, est-ce que je suis concernée par le compostage », demande une dame. « Bien sûr, il existe des mini composteurs, que l’on nomme le vermicompostage, qui ne dégagent aucune odeurs, vous pouvez obtenir un engrais naturel avec vos déchets organiques de cuisine. C’est un moyen de vous constituer votre propre terreau pour vos balconnières », a répondu Marie-France Chavet. « De par mon expérience, et la formation de guide composteur que j’ai reçue, je n’ai jamais jeté de déchets verts. Tout peut se décomposer dans un composteur sans dégager de mauvaises odeurs » a-t-elle assurée. « Et en plus je fais des économies, puisque je n’achète jamais de terreau ».

Forcément des règles de base existent, le programme BOREAL, organise donc régulièrement des formations destinées aux futurs guides composteurs. Et si un tiers de nos déchets peuvent servir au compost, encore faut-il savoir quoi y mettre. Trois règles d’or existent pour obtenir du bon compost. La première, apporter autant de déchets verts, ce qui est humide et mou, comme par exemple les épluchures, le marc de café, les fleurs, les fruits. Dans une autre catégorie il faut ajouter des déchets bruns, donc du carton, mouchoir, feuilles mortes... La deuxième consiste à aérer régulièrement le compost en le retournant avec une fourche. Et enfin la troisième est de veiller au taux d’humidité.

« Avec tous ces bons conseils et ces quelques petits secrets, il est impossible de rater son compost » a assuré Frédéric Bernard. « J’ai effectué plusieurs interventions avec les enfants, et croyez-moi, ils sont sensibles à l’environnement, j’ai été très agréablement surprise de leurs questions » a retracé la guide composteur. « En fait ce sont eux qui expliquent aux adultes la marche à suivre dans leur quotidien, c’est rassurant, on sème pour l’avenir » a conclu Marie France-Chavet.

 [1]

Portfolio

IMG_00001 IMG_0001 IMG_0009 IMG_0023 IMG_0027 IMG_0040 IMG_0057 IMG_0062 IMG_7959 IMG_7963 IMG_7964 IMG_7967 IMG_7968 IMG_7969

Notes

[1Le côté pratique : Tout habitant peut acheter un composteur, le coût varie selon la capacité : 16 € pour un composteur en bois d’une capacité de 400 litres ; 18 € pour un de 600 litres ; 13 € pour un composteur en polyéthylène de 400 litres ; 18 € pour un de 600 litres. Le bio-seau de 10 litres est vendu au prix de 1 €. Renseignements au 03 27 41 41 23 de 14 à 17h00. Contact Frédéric Bernard au 03 27 43 92 93 ou par mail : frederic.bernard@programme-boreal.org. Plus d’infos sur le site internet : www.programme-boreal.org


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact