Accueil > Actualités > Les souvenirs du Débarquement de M. Paul Limauge

Les souvenirs du Débarquement de M. Paul Limauge

Président de l’association d’anciens combattants Rhin et Danube de Marly, Paul Limauge a récemment livré ses souvenirs du Débarquement en Provence.

Il y a 70 ans, Paul Limauge débarquait en Provence

Leur nombre décroît d’année en année. Pourtant, de la deuxième guerre mondiale ils gardent un souvenir vivace, ceux qui y ont participé. L’Anzinois Paul Limauge, 95 ans, est l’un d’entre d’eux. La semaine dernière, comme chaque année, il a célébré avec ses camarades l’anniversaire d’un débarquement dont on parle peu, celui de Provence, le 15 août 1944.

Il s’était engagé dans le 15e régiment d’artillerie de Douai, deux ans avant le début de la guerre, en 1937. Cette année-là, Paul Limauge a 18 ans et l’armée lui plaît. Surtout, il est loin de se douter de ce qui l’attend : « Je n’aurais jamais pensé qu’une guerre allait éclater. on ne pense pas à ces choses-là quand on a 18 ans. »

Le jour où la guerre est déclarée, le jeune Paul est en permission chez ses parents, à Fresnes-sur-Escaut. C’est là qu’il apprend que son régiment est parti, en Belgique, sans plus d’information. Un hasard qui va changer le cours des choses : au lieu de partir vers le Nord, le destin dirige les pas Paul Limauge part dans le sud. D’abord Toulouse et Valbonne, en attendant une affectation. Qui se fera de l’autre côté de la Méditerranée.

Rejoindre De Gaulle

« Un jour, quelqu’un a demandé des volontaires pour l’Algérie », se souvient Paul. Qui a hésité : « Mes parents étaient ici et j’étais fils unique ! » D’autant que le jeune homme a d’autres projets en tête : « Moi je voulais voir de Gaulle : entre-temps, il y avait eu l’appel du 18 juin ». Finalement, il embarque, direction le 67e régiment d’artillerie d’Afrique, à Constantine.

Au cours de ce voyage, Paul vit une de ses premières grandes émotions : le voyage en pleine mer, juste après avoir vu les contours de Marseille disparaître de son champ de vision. Les années qui suivront n’en manqueront pas, de la très difficile campagne d’Italie (« Je l’ai échappé belle, souvent ») à l’installation en Allemagne, après la guerre, chez les vaincus, pour y vivre huit ans.

Car après l’attente et l’entraînement, viendra le temps de l’action. En 1942, les Alliés débarquent dans l’ancienne colonie française. Là, les militaires français se joindront à eux, avant d’aller se battre en Tunisie.

C’est le début de la Libération, marquée par un débarquement en Provence, le 15 août 1944, Une entrée sur le territoire par le sud beaucoup moins commémorée que l’entrée en Normandie, le 6 juin. Néanmoins, cette date restera à jamais gravée dans l’esprit de Paul Limauge et des survivants de la première Armée, qui la célèbrent chaque année.

MYRIAM ZENINI

La Voix du Nord du 21/08/2014


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact